Bulletin N°1 - Mars 2015


  temoignage.png  - Témoignage d’un bénévole                                                                                                 

Je m’étais toujours dit : à la retraite je prendrai le temps de donner du temps au temps, pour m’occuper des autres. Bien des malades souffrent de ne pas être soutenus ou accompagnés dans des moments difficiles.

Etre réceptif à la parole, écouter autrui, être attentif à ce qui se passe, donner toute son attention sans s’intégrer dans la famille, respecter leur choix (un jour ils peuvent désirer une visite, un autre jour ne pas avoir l’envie de nous recevoir).

Pour moi donner son temps aux autres dans la gratuité et en toute humilité c’est recevoir beaucoup en échange, voire autant que je donne. Un regard soutenu, un sourire, une main tendue sans parfois une parole, ou alors être à l’écoute de ce qu’on veut bien vous confier et que vous gardez pour vous, vous rappellent que « un petit peu » est un grand réconfort, voire un grand plus dans les souffrances et les difficultés.

Il est tout à fait normal que je respecte les ordres médicaux. Il faut aussi savoir ne pas faire jouer l’affectif ou le religieux, accepter ce que la personne désire, ne pas porter influence sur ses choix.

Les membres de l’association et le psychologue pendant les « groupes de parole » sont là pour m’aider, me guider, me soutenir et me conseiller.

J’agis toujours selon ma conscience, avec mon cœur, beaucoup de sincérité et – pardonnez-moi ce mot qui pourrait choquer – avec beaucoup de bonheur.

Pourquoi avoir choisi les soins palliatifs ? Cette séquence de notre vie nous interpelle.

La personne en fin de vie je ne la connais pas, elle ne me connait pas, je suis anonyme. Si je l’avais rencontrée dans la rue certainement j’aurais continué mon chemin, certainement je ne lui aurais pas parlé, certainement je ne l’aurais pas regardée, mais je suis là et je la regarde. Comme un être humain car c’est un être humain.

ethique_3.png  - L’ éthique de l’ASSP :

L''appel à la mort d''une personne en fin de vie est un drame que nous essayons de prévenir en soutenant tout ce qui peut annihiler les raisons de cet appel : douleur, souffrance morale et spirituelle, solitude, sensation d''indignité ... mais aussi en informant la population, y compris les jeunes dans les lycées sur cette loi dont tout le monde parle mais que trop peu connaissent, la loi Léonetti ;

Cela dit nos bénévoles, qui ne sont ni des soignants ni des religieux ni des proches ou amis, proposent à toute personne en fin de vie une présence et une écoute quelle que soit la maladie en cause, que la plupart du temps elles ne connaissent pas, et quel que soit le mode de décès, spontané ou provoqué, ce qui ne les intéresse que dans la mesure où cela peut révéler une souffrance nécessitant leur accompagnement.

Ainsi c''est justement parce qu''elles ne sont porteuses ni de dénonciation ni de condamnation qu''elles peuvent, en toute confidentialité, recevoir éventuellement un tel appel à la mort. L''expérience montre que cette écoute sans jugement, aconfessionnelle, apolitique, par son effet apaisant estompe ce désir de mort et peut le faire disparaitre.

Si chacun peut avoir son opinion sur l''euthanasie, dans l''accompagnement de personne en fin de vie il ne s''agit plus de soi mais de l''autre et notre but est de l''accompagner où qu''il soit.

rose.png- La vie jusqu’à la fin     

Mignonne, allons voir si la rose                                   Donc, si vous me croyez, mignonne,
Qui ce matin avait éclose                                            Tandis que votre âge fleuronne
Sa robe de pourpre au Soleil,                                      En sa plus verte nouveauté,
A point perdu cette vesprée                                        Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Les plis de sa robe pourprée,                                      Comme à cette fleur la vieillesse
Et son teint au vôtre pareil.                                          Fera ternir votre beauté

Las ! voyez comme en peu d''espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! Las ses beautés laissé choir !
Ô vraiment marâtre Nature,                                        
Puis qu''une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !                                    Pierre Ronsard



Faites-nous part de vos commentaires ou propositions
contact@assp-soins-palliatifs.org