N°3 – Janvier 2016

Le Bulletin de l'ASSPN°3 – Janvier 2016

Le jeudi 17 septembre 2015 nous avons organisé pour la première fois une journée de « sensibilisation » en vue de recruter plus de bénévoles. Cette journée doit prendre la place de l’entretien préalable qui permettait de décider si la, ou le, candidat bénévole pouvait entamer la formation initiale

Cette journée a été un succès

  • pour l’ASSP parce qu’on a plus le temps, en une journée qu’en une heure, de mesurer les motivations et les disponibilités d’une personne ;
  • pour le candidat qui perçoit tout de suite l’ambiance d’une équipe de bénévoles.

Cinq personnalités très différentes les unes des autres ont pu se dégager et seront en mesure de commencer des accompagnements en avril prochain.

Cinq nouveaux pour une équipe déjà constituée de 35, cela peut paraitre un bon score. Mais cela ne suffit pas. Pour répondre à la demande il faudrait le double. Encore la demande est-elle limitée par la méconnaissance de la population sur les possibilités d’accompagnement de personnes en fin de vie.

Il n’est pas facile de faire de la publicité pour un sujet, la fin de vie, qui oscille entre deux extrêmes. Soit on refuse de le regarder en face : la mort on n’en parle pas, on la cache. Soit on transforme la discussion en polémique virulente avec, à la clé, procès sur procès qui vont jusqu’à la cour européenne, déchirement familiaux etc.

Le communiqué de presse qui suit montre pourtant en son dernier paragraphe la reconnaissance du rôle de l’accompagnement.

Deux rendez-vous sont à noter :

Journée d’initiation à l’accompagnement bénévole de fin de vie.

Le mardi 5 avril 2016 de 9h à 16h, 11 rue des Dîmes à Bourg en Bresse.

Conférence «La souffrance a-t-elle un sens » par Bertrand Vergely, philosophe.

Le vendredi 15 avril 2016 de 18h30 à 20h30, amphithéâtre de l’école d’infirmière, hôpital Fleyriat.

Renseignements et inscription :

ASSP 56 rue Bourgmayer 01000 Bourg en Bresse
ou par   Tél : 04 74  51 25 43
ou par mail : jean-pierre.bucher@assp-soins-palliatifs.org

Communiqué

Paris, 11 Janvier 2016

FIN DE VIE / les professionnels de santé rappellent avec force deux notions fondamentales

Alors qu’en France les parlementaires doivent examiner prochainement en Commission Mixte Paritaire la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, les professionnels du monde de la santé tiennent à rappeler avec force deux notions essentielles et indissociables l’une de l’autre :

1. Donner la mort ne relève en aucune façon de la compétence des professionnels de santé. La mission fondamentale de tous les professionnels de santé restera toujours de mettre en œuvre tout ce qui est possible pour apaiser les souffrances de chacun jusqu’au bout de sa vie dans le respect de son humanité.

Les français refusent de « mal mourir » ? Nous le refusons aussi. Pour éviter cela il est indispensable de développer la formation en soins palliatifs et prise en charge de la douleur de tous les professionnels de santé ainsi que la possibilité pour tous les citoyens de bénéficier de soins adaptés aussi bien au sein des établissements de santé, médico-sociaux, qu’à domicile. Il est également fondamental d’engager tous les soignants au développement de soins humains et de soins de support dès le début de la vie. Des moyens humains et financiers doivent être mis en œuvre en ce sens.

2. Soigner représente toujours une rencontre humaine où la reconnaissance et la confiance mutuelle et réciproque sont primordiales. La parole, la liberté et l’autonomie de chacun des protagonistes se confrontent et doivent mutuellement se respecter. Notre pratique quotidienne nous montre que soigner ne peut pas se réduire à la mise en œuvre d’une technique face à un symptôme (technique antalgique, anxiolytique, antipyrétique… voire sédative).

En effet, chaque situation, singulière et complexe, nécessite de travailler de façon interdisciplinaire avec si possible des accompagnants bénévoles ; c’est d’un art qu’il est question au cœur de l’humanité. Tous les jours, nous constatons que l’accompagnement de celui qui souffre est essentiel et apaisant.

Signataires du communiqué :

  • Ordre National des Infirmiers (ONI)
  • Association Francophone pour les Soins Oncologiques de Support (AFSOS)
  • Association Nationale des Gériatres et Gérontologues Libéraux (ANGGEL)
  • Convergence Soignants Soignés
  • Fédération Française des Associations de Médecins Coordonnateurs en EHPAD (FFAMCO)
  • Ligue contre le cancer
  • Société Française d’Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP)
  • Société Française d’Etude et de Traitement de la Douleur SFETD)
  • Société Française de Gériatrie et de Gérontologie (SFGG)
  • Société Française de Médecine Générale (SFMG)
  • Société Française de Psycho-Oncologie (SFPO)
  • Société de Réanimation de Langue Française SRLF)
  • Syndicat National des Professionnels Infirmiers (SNPI)
  • Jusqu’à La Mort Accompagner la Vie (JALMALV)
  • Association les petits frères des Pauvres
  • Union Nationale des Associations pour le développement des Soins Palliatifs (UNASP)

Faites-nous part de vos commentaires ou propositions : contact@assp-soins-palliatifs.org