Infolettre fin de confinement

Flash InfosInfolettre fin de confinement

Nouvelles en bref d’un confinement inédit

 

La pandémie de covid-19 a stoppé les activités des bénévoles d’accompagnement dès avant le confinement du 17 mars dernier.

Le bureau n’est cependant pas resté inactif et a souhaité maintenir un lien avec les bénévoles de l’ASSP tout en essayant de trouver des formules nouvelles. Pendant le confinement, il a continué de se réunir au rythme mensuel habituel, mais en visioconférence : le 2 avril et le 14 mai. La prochaine réunion est prévue pour le 4 juin en mode « présentiel ».

L’ASSP a proposé aux services hospitaliers une écoute téléphonique avec ceux/celles des bénévoles qui acceptaient de le faire. Toutefois, il n’y a eu que peu de personnes qui y ont eu recours, sauf dans les accompagnements de deuil déjà en cours.

Le bureau a également relancé le groupe de communication pour rendre l’ASSP plus visible.

La SFAP a souhaité réfléchir à l’impact pour les soins palliatifs de la crise actuelle et a demandé aux associations membres de lui fournir des retours d’expérience sur les difficultés rencontrées et les dispositifs mis en place. L’ASSP a répondu en soulignant la difficulté de maintenir le lien avec les bénévoles dans les circonstances actuelles. Elle a indiqué que les accompagnements fonctionnaient pour le suivi de deuil, mais pas dans les autres cas. L’ASSP a également souligné la nécessité d’une meilleure intégration des bénévoles dans les équipes soignantes en indiquant que les bénévoles se sentent insuffisamment défendus par la SFAP.

Le bureau signale que les ateliers sur « Comment rédiger ses directives anticipées » reprennent, à l’Ordre des médecins, selon le calendrier suivant : les 9 juin, 11 août, 13 octobre et 8 décembre à 16 h, et les 7 juillet, 8 septembre et 10 novembre à 10 h.

En avril, l’ASSP a pu contacter par téléphone la plupart de ses bénévoles. Ceux-ci étaient en général très contents que le bureau prenne de leurs nouvelles. Beaucoup se sont demandé si le système de l’accompagnement par téléphone fonctionnait bien. Les bénévoles joints se sont dit en bonne santé, en tout cas par rapport à la covid-19.

En avril et mai, l’accompagnement des endeuillés a pu se faire par téléphone avec quelques personnes.

En mai, l’ASSP a contacté les divers services hospitaliers où interviennent les bénévoles, ainsi que le psychologue de l’association. La plupart des cadres joints ont été touchés par cette initiative.

L’ASSP a reçu divers témoignages de ses bénévoles, certains ne pouvant communiquer qu’épisodiquement par téléphone avec malades ou résidants, d’autres n’ayant plus aucun accompagnement à faire.

En mai, le docteur Jean-Pierre Bucher, vice-président de l’ASSP, a soumis une série de réflexions en rapport avec l’enquête de la SFAP sur les conséquences de la crise due à la pandémie. Il s’est ainsi demandé si le fait de protéger les personnes les plus vulnérables lorsqu’on n’est pas symptomatique était devenu contradictoire avec un « prendre soin » – y compris l’accompagnement par des bénévoles d’accompagnement – dans le respect des mesures habituelles de propreté et d’hygiène. Les équipes de soins sont restées en poste. N’aurait-il pas été naturel que les bénévoles poursuivent leur activité, en sachant que les personnes vulnérables l’étaient déjà avant la pandémie

 

_______________________________________

 

Les bénévoles de l’association peuvent retrouver l’intégralité des informations dans l’lnfolettre de l’ASSP sur l’espace bénévole du site de l’association.

 

_________

_________

.